Accueil > Guide > Alimentation > Patisserie > Caccavellu, caccavelli

Caccavellu, caccavelli

vendredi 11 mai 2007, par Pierre

J’ai toujours eu un faible pour ce gâteau cérémoniel de Pâques en forme de gros anneau incrusté d’un ou plusieurs œufs cuits durs (jadis, ils pouvaient même être colorés). Le ou les oeufs sont à demi enfoncés et retenus par des croisillons de pâte que l’on nomme gabrioli. Les grandes couronnes peuvent recevoir jusqu’à 5 oeufs. On a toutefois pour habitude d’en confectionner de plus petites avec un oeuf.
La caccavellu, c’est son nom dans la région d’Ajaccio (j’ai aussi entendu parle de campanile), est une brioche composée d’une pâte consistante anisée (ce peut être 1 cuillère à café de pastis ou, plus traditionnellement, des graines de fenouil), tandis qu’à Oletta, on ajoute un zeste d’orange, un gâteau brioché disé-je qui se consomme traditionnellement à Pâques. On retrouve des pâtisseries (canistron, panetti, curconi ou micchetti) confectionnées à partir de la même pâte mais sans décoration d’oeuf dur. Vico, un beau village situé à une trentaine de kilomètres au nord-est d’Ajaccio, possède sa spécialité de caccavellu au brocciu. Il est aussi à noter que le patronyme Caccavelli (ou Cacavelli) se trouve être assez présent dans cette haute vallée ainsi qu’à Ajaccio. Ajaccio où, si vous voulez trouver des cacavelli (à Pâques), il faut se rendre chez Galeani dans la rue Fesh (côté place des Palmiers).

Précision utile et nécessaire : le caccavellu que l’on voit ici photographié est exposé au musée ethnographique de Cervioni qui vaut absolument qu’on s’y arrête.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.