Accueil > Découverte > Monuments > Eglise Saint-Michel (San Mighele) de Murato

Eglise Saint-Michel (San Mighele) de Murato

vendredi 15 juin 2007, par Pierre

Mérimée évoquait l’église Saint-Michel de Murato (San Mighele di Muratu) en 1839 comme « la plus élégante et la plus jolie qu’il ait vu en Corse ». Cet édifice roman de style pisan est daté du XIIème siècle. La légende veut qu’il ait été bâti par des anges en une nuit. Le charme de San Mighele tient autant à sa grâce (voyez la délicatesse de l’abside semi-circulaire) et à son équilibre (le clocher-porche reconstruit au XVIIIème s. est toutefois un peu haut), qu’au choix de son implantation sur un site enchanteur. Mais ce qui frappe d’emblée dans cette édifice religieux, c’est sa polychromie comme le montrent nos photos. La serpentine (ou chloritite) du Bevinco se détache avantageusement sur la pierre calcaire de Saint-Florent. Remarquez d’ailleurs que la pierre du mur sud est mieux préservée que celle du mur nord exposé aux entrées d’air marin.

Cette église romane jouit en outre d’une ornementation extérieure foisonnante. Chapitaux gravés, modillons sculptés, minutieux travail d’encadrement des fenêtres meurtrières... les maîtres-maçons et sculpteurs de l’époque nous ont légué un impressionnant numéro d’adresse. Ils ont laissé libre cours à leur créativité en inscrivant dans la pierre une étonnante galerie de portraits et un émouvant bestiaire. Les deux personnages visibles sur la façade représenteraient, selon la tradition orale, les deux seigneurs qui ont financé la construction de l’église au XIIème siècle. À moins qu’ils ne symbolisent les pouvoirs judiciaire et religieux, dont la robe et le livre des lois sont les attributs. Sur le mur nord, on remarquera une représentation du jardin d’Eden. Eve, tout en succombant à la tentation, adopte une attitude pudique en cachant son sexe de sa main. L’intérieur ne possède pas le même parement. Les peintures murales ont pesque disparu au contraire de la statue de Saint-Michel. Détail amusant, l’archange est ici fêté tous les 8 mai alors qu’il devrait l’être le 29 septembre.

On remarque en face du site de l’église, de l’autre côté de la route, un caveau à l’abandon au milieu des cyprès. La pierre tombale en latin porte, entre autres, les noms de Romanus Murati et de Achilles Murati. Ce dernier fut un des plus fidèles et valeureux lieutenants de Pascal Paoli pendant la guerre d’indépendance au XVIIIème siècle. C’est lui notamment qui enleva l’îlot de la Capraia en 1767. Le premier était un tribun de la République de Venise. Il offrit en 1550 pour l’église Saint-Michel de Murato une peinture de l’école vénitienne ("La Madeleine"). La soupière en marbre blanc que l’on distingue en bas-relief au fronton du caveau symbolisait la notabilité et la forturne de cette famille murataise.

L’église se situe à gauche, au milieu d’un petit pré, à l’entrée de Murato. Ce village (lire http://corse.evous.fr/spip.php?arti...) est lui-même situé à 15 km environ (20 mn) au S. de Saint-Florent, par la D 82 et la D 5.

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.