Accueil > Découverte > Lieux > Hameau abandonné d’Occi

Hameau abandonné d’Occi

lundi 24 septembre 2007, par Pierre

Le hameau fantôme d’Occi résume l’un des (douloureux) paradoxes de la Corse, et des zones rurales délaissées en général, où la ruine a de la gueule, le désert du caractère. Par une de ces entourloupes dont l’histoire a le secret, nous sommes en effet tous amnenés à nous extasier devant un champ de ruines. Sans doute avons-nous acquis majoritairement les réflexes du touriste méconnaissant. Ou peut-être est-ce une attraction morbide, une étrangeté.

Voilà donc le hameau d’Occi dont la création daterait des assauts sarrasins au Moyen-Age. Les habitants d’un village situé sur le littoral au lieu dit Spano finirent en effet par se réfugier sur cette hauteur où la communauté s’accrocha au point de compter 150 âmes en 1589. Las ! en 1852, le village n’en compte plus que 62. Un bombardement silencieux (on évoque un arrêté préfectoral de rattachement d’Occi à Lumio, d’un tarissement de la source d’eau...) entraine alors l’abandon du hameau. Félix Giudicelli, le dernier habitant à habiter ce somptueux poste de vigie, y finissant ses jours en 1927.

On distingue au milieu des squelettes de maisons (admirez l’appareillage des pierres en certains endroits), la silhouette de la chapelle de l’Annunziata rénovée en 2002. Une messe en corse y est donnée à la Pentecôte, accompagnée par les chants de la confrérie Sant’Antone Abbate, au terme du pèlerinage de Saint-Nicolas. Mais s’il était un symbole à chercher de la vie qui a hélas déserté ce lieu, ce serait sans nul doute cette ancienne aire de battage du blé (aria) que l’on découvre exposée au vent. Elle apparaît ici entièrement pavée, ce qui n’est pas fréquent. Image poignante que celle de ce terre plein qui surplombe les ruines, évoquant l’ancienne vie de la petite communauté paysanne et pastorale.

Ne larmoyons pas outre mesure sur le fait que rien ne soit éternel sur notre bonne vieille terre. La vie, la mort, c’est ainsi. Notons que l’association Occi Paese Rinascitu, constituée pour la sauvegarde du hameau, a bataillé pour qu’aucune route ne conduise les voitures jusqu’ici, entrainant tout le business habituel. Il est vrai que le tourisme de masse dénature tout ce qu’il touche. Et qu’un peu de calme ne fait pas de mal. D’un autre côté, faire d’Occi un sanctuaire, ce n’est pas très vivant comme perspective. Pas facile d’arbitrer ce genre de question dans notre monde moderne.

Notons pour finir que Occi (nom qui me fait songer à l’oeil) du haut des ses 377 m, offre une vue panoramique à 180° d’autant plus sublimissime que les ruines du village composent un incroyable jeu de perspectives sur fond de mer et de ciel se confondant dans l’azur.

Occi est situé sur les hauteurs de Lumio à une dizaine de km (10 mn) à l’Est de Calvi par la RN 197. Il existe deux ou trois sentiers pour se rendre au hameau. Le plus connu consiste à emprunter un sentier qui part derrière le restaurant Chez Charles. Un panneau signale le départ. Il faut compter 50 mn de marche pour monter (assez raide) et redescendre par un sentier balisé.

Si vous voulez en savoir plus, contactez le Cercle d’Etudes et de Recherches Historiques de Lumiu (CERHL). Cette Association , ouverte à tous, a pour but la recherche et l’étude de l’Histoire de ce village et de ses environs, ainsi que la sauvegarde de son patrimoine culturel et historique. Elle fait paraître annuellement (en juillet) un bulletin dont les différents articles, fruit d’un travail commun entre scientifiques et membres de l’association, relate l’histoire du village du néolithique à nos jours. Contact : 04.95.60.61.46 et cerhl.lumiu@wanadoo.fr

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.