Accueil > Découverte > Enjeux > Le barrage du Rizzanese fait peur

Le barrage du Rizzanese fait peur

vendredi 23 janvier 2009, par Pierre

La Fédération des Associations Corse de Paris - Île de France nous a adressé un communiqué au sujet du barrage du Rizzanese, suite à la conférence débat qui s’est déroulé le 17 janvier 2009, au siège de la Fédération - Espace Cyrnéa 38 allée Vivaldi dans le 12ème arrondissement de Paris.

Souhaitant informer la diaspora de l’évolution de ce projet qui, dans le contexte de développement
durable et d’écologie, suscite une polémique vive et des interrogations, la FAC « a regretté la non participation des acteurs du monde économique, politique et associatif directement concernés et invités à réaffirmer leur position ». La Fédération a également « pris acte des différentes excuses et de la réponse de la direction d’EDF Corse indiquant dans son courrier, que ce projet était le résultat d’un consensus entre les élus de l’Assemblée de Corse, la population et leur administration ». Il est clair que pour l’assistance la construction de ce barrage ne va pas de soi (même si, de toute évidence, les dès sont jetés et les travaux préliminaires ont commencé). Le public a clairement exprimé son souhait de voir la rivière et la vallée du Rizzanese protégées, estimant que « le besoin énergétique de la Corse ne peut justifier la dégradation de son patrimoine ».

La FAC a souhaité que « toutes les dispositions soient prises pour le respect de la faune et de la flore du Rizzanese considéré comme l’une des plus belles vallées d’Europe, et qu’un Comité de vigilance soit organisé pour prendre en compte l’ensemble des revendications légitimes des habitants et de leurs intérêts sociaux, économiques et culturels ». La Fédération a mandaté son président à la tête d’une délégation pour « engager un dialogue constructif avec l’ensemble des décideurs au service de ses mandants et de l’intérêt général de la Corse ». Étant peu au fait de ce sujet, mais connaissant et appréciant ô combien ce site naturel (ah ! les parties de baignade en amont du village de Zoza), nous nous bornerons à dire pour notre part qu’il serait un crève-coeur de voir cette zone noyée sous les eaux. La sauvegarde de notre patrimoine naturel passe-t-elle après le développement économique ? N’y avait-il d’ailleurs pas mieux à faire, d’autres voies à trouver, conciliant les différents aspects ? Ne pouvait-on réfléchir à une meilleure gestion de l’eau avant de se lancer dans des travaux si radicaux et coûteux ? Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site : www.rizzanese.fr/actions.html

Petru Pinelli

* Étaient présents : Georges Mattei, auteur du livre Le barrage de la honte, Pierre Giuliani, trésorier de l’ADRE (Association de Défense du Rizzanese et de son Environnement), Martin Arnould, représentant de WWF France et spécialiste des rivières, Nicolas Secondi, ancien directeur d’études de l’aménagement du territoire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.